FLASH INFO

LEMONITEUR.fr

14 mars 2013

  • Détecteurs de fumée (DAAF) : où, quand, quoi et comment ?

    À compter du 8 mars 2015, tous les logements devront être équipés d’au moins un DAAF normalisé. Un arrêté du 5 février 2013 précise les exigences techniques auxquelles doivent répondre ces détecteurs...

  • En savoir plus

1 sur 17 Suivant







Vous êtes ici : Accueil >lexique - détecteur de fumée

Lexique

Fiche pratique :


Fiche pratique détecteur de fumée

Détecteur de Fumée



Détecteur de fumée ionique


- Principe de fonctionnement du détecteur de fumée ionique ponctuel


Tous les feux, entraînent une décomposition de la matière qui se traduit par l'émission dans l'atmosphère d'aérosols (solution de particules dans l'air). Ces aérosols de combustion, qui constituent la fumée, commencent à se former à une température très inférieure à la température d'inflammation. Cette caractéristique est utilisée pour détecter précocement des feux produisant des particules de fumée.

Le détecteur de fumée à ionisation se compose essentiellement d'une chambre d'analyse, en communication permanente avec l'air ambiant. Il se présente normalement dans une configuration ponctuelle, mais il existe aussi en multiponctuel.


Une chambre à ionisation est composée de deux électrodes (une positive et une négative). Sur une des électrodes, se trouve une source radioactive qui émet un rayonnement radioactif.


Une tension étant appliquée aux bornes des électrodes ; un faible courant apparaît, du fait de l'ionisation de l'air de la chambre. Lorsque des particules de fumée y pénètrent, celles-ci captent une partie des rayons alpha, cela entraîne une diminution du courant et déclenche l'alarme.


- Influence de l'environnement


L'efficacité du détecteur de fumée ionique peut être affectée par un certain nombre de facteurs liés à l'environnement et entraîner des déclenchements intempestifs:


  •    la poussière.
  •    La présence d'aérosols non issues de combustion (vapeurs de solvant ou d'alcool, gaz de fermentation, etc..).
  •    L'humidité de l'air par la présence de vapeur d'eau.
  •    Les courants d'air entraînant une dilution de la fumée.

- Champs d'application


Ce type de détecteur était le plus couramment utilisé en raison de son aptitude à déceler les feux d'une manière très précoce, qu'il s'agisse de feux couvants à développement particulièrement lent ou des premières émanations d'un départ de feu appelé à se développer rapidement.


Mais à cause de la radioactivité de l'appareil et de la possibilité de fuite de particules en cas de détérioration du dispositif, ces détecteurs sont interdits en France depuis novembre 2014, le retrait complet des détecteurs installés étant prévu pour fin 2017.


Ils sont déjà strictement interdis dans les locaux à usage d'habitation (appartement - maisons).

Retour haut de page

Détecteur de fumée optique


- Principe de fonctionnement du détecteur de fumée optique


Le fonctionnement de ces détecteurs est fondé sur la propriété qu'ont les particules contenues dans la fumée de réfléchir la lumière. Ce phénomène de diffusion de la lumière porte le nom d'effet Tyndall.


Le capteur optique de ce type de détecteur de fumée est constitué principalement:


  •    d'une diode qui émet un rayon lumineux.
  •    d'une cellule réceptrice sensible à la lumière.
  •    d'une chambre de mesure ne laissant pas pénétrer la lumière extérieure mais autorisant l'accès à la fumée.
  •    d'un écran situé entre la diode émettrice et la cellule réceptrice empêchant, en l'absence de fumée, la cellule réceptrice de recevoir les rayons lumineux provenant de la diode émettrice.

Lorsque la fumée pénètre dans la chambre d'analyse, les particules qui la constituent réfléchissent des rayons de lumière en traversant le faisceau émis par la source lumineuse. Il en résulte, à l'intérieur de la chambre, l'apparition d'une lumière diffuse. Cette lumière est mesurée par le récepteur qui se trouve de l'autre côté de l'écran. La quantité de lumière diffuse reçue est analysée par la partie traitement du détecteur; si elle dépasse un certain seuil, le détecteur passe en alarme.


  • Absence de fumée
  • Présence de fumée
détecteur de fumée sans fumée
détecteur de fumée avec fumée

- Influence de l'environnement


L'efficacité du détecteur de fumée optique peut être affectée par la présence de poussière:


  •    Des déclenchements d'alarmes intempestives peuvent être provoquées par celle-ci.
  •    De même un dépôt de poussière sur la diode émettrice ou sur la cellule de réception va diminuer les performance du détecteur.

- Champs d'application


Ces détecteurs sont appelés à se généraliser en remplacement des détecteurs ionique vu précédemment.
Ce type de détection va notamment être très largement utilisé dans l'équipement des Logements par le biais des détecteurs avertisseurs autonomes de fumée - (DAAF)


Retour haut de page

Détecteur de fumée linéaire


- Principe de fonctionnement du détecteur de fumée optique linéaire


Le détecteur de fumée linéaire fonctionnent sur le principe du phénomène d'absorption de la lumière, selon la loi de Lambert-Beer.


Un détecteur optique linéaire de fumée se compose de deux parties, un émetteur et un récepteur. L'émetteur émet un rayonnement lumineux qui arrive sur le récepteur avec une certaine puissance. Lorsque de la fumée traverse le faisceau, cette puissance se trouve atténuée. Le récepteur, qui mesure le niveau de puissance reçu, passera en alarme lorsque la puissance reçue sera en-dessous d'un certain seuil.


Si un obstacle traverse le faisceau, provoquant une perte totale de signal le détecteur doit se mettre en état de dérangement.

détecteur de fumée optique linéaire
Ce type de détecteur est dit linéaire car la détection de la fumée se fait tout au long de la ligne qui relie l'émetteur au récepteur, sa portée peut atteindre 100 mètres.
Enfin un soin tout particulier doit être apporté lors de l'installation, un alignement parfait entre émetteur et récepteur et surtout vérifier qu'aucun obstacle (pont roulant, chariot élévateur, etc..) ne puisse venir couper le faisceau et entraîner la mise en dérangement du détecteur de fumée.


- Influence de l'environnement


De nouveau la poussières peut provoquer des alarmes intempestives:


  •    En se déposant sur le récepteur, la poussière peut rendre le détecteur beaucoup plus sensible.
  •    Si un nuage de poussières traverse le faisceau optique, cela peut provoquer un déclenchement intempestif, même chose avec un nuage de vapeur d'eau.

- Champs d'application


Le détecteur de fumée linéaire conviens parfaitement aux locaux de grande dimension et pour des locaux particulièrement hauts il est aussi possible de disposer les émetteurs et les récepteurs sur deux niveaux, afin de détecter à la fois les feux couvants et les feux ouverts.


Détecteur de fumée multiponctuel

Les détecteurs de fumée multiponctuel (optique ou ionique) sont constitués d'un système d'aspiration, d'un réseau formé de tuyaux percés de trous et d'un dispositif d'analyse. Chaque trou constitue un point de captage de l'atmosphère à surveiller. L'air prélevé par aspiration continue, est conduit vers le dispositif d'analyse par le réseau de tuyau.
A partir d'un certain seuil de particules détectées (détection optique) une alarme est envoyée.


Détecteur de chaleur

Les détecteurs de chaleur se présentent sous deux technologies différentes, ils peuvent êtres thermostatiques ou thermovélocimétriques:



  •    le détecteur thermostatique mesure la température ambiante et passe en alarme lorsque celle-ci dépasse un seuil prédéterminé, en général 60/70°.
  •    le détecteur thermovélocimétrique mesure la vitesse d'élévation de la température, si celle-ci dépasse un certain seuil, le détecteur passe en alarme. Ces détecteurs fonctionnent aussi en mode thermostatique.

Ils conviens d'utiliser les thermovélocimétrique dans des locaux ou l'élévation de température peut-être très rapide en cas de début d'incendie (hydrocarbures). Insensibles à l'humidité, ils peuvent également être installés dans les parkings, les tunnels routiers... Les détecteurs thermostatique sont généralement employés en confirmation d'un autre type de détecteur plus sensible (et donc capable de détecter un début d'incendie plus précocement).


Détecteur de flamme

Le détecteur de flamme est avant tout un détecteur optique qui réagit aux rayonnements émis par les flammes, deux types de détecteurs:



  •    le détecteur de flamme infrarouge,
  •    le détecteur de flamme ultraviolet.

Ces détecteurs sont adaptés à la détection des feux à évolution rapide, en particulier les feux liquides (hydrocarbures - huiles...) et ils conviennent à la surveillance des volumes de locaux de grande hauteur (halls de stockage ou de fabrication).


Attention toutefois lors de l'installation aux obstacles physiques pouvant faire écran entre une source de flamme et le détecteur et aux sources de lumière parasites qui peuvent entraîner des déclenchements intempestifs (halogènes).